Sant Serni de Tavernoles



Ir al Contenido

Objects Historiques



SANT SADURNÍ DE TAVÈRNOLES, ORIGINE DU MONACHISME AUX PYRENÉES.


Traduction catalane du texte du discours de Josep-Maria Nogues i Torre présentée aux VII réunions des Pyrénées culturels "Les Pyrénées 1000 ans: des visions de l'avenir" tenu à Seu d'Urgell le 23.10.2010.
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>">>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> Avant de discuter sur le passé des vénérables ruines de l'abbaye bénédictine défunte de Sant Sadurní de Tavèrnoles et projeter notre vision particulière sur ce qui reste du monastère, nous devons d'abord parler de la route de pèlerinage[i] en passant par Anserall et que, d’une certaine manière, c’est conditionné et réglementée développement de St. Saturnin comme le centre qui a été le berceau du monachisme aux Pyrénées.


Donc, nous disons que l'objectif principal de la route du pèlerinage était le tronc principal de Perpignan, pour Puigcerdà et La Seu d'Urgell était le Segre bas et avant la conquête chrétienne de Balaguer, par Nargó suivait à Boixols et Isona jusqu'à Tremp et Àger à ces endroits et aller trouver la route de Saint Jacques en provenance d’Huesca[ii]. Nous pouvons donc parler de la route de pèlerinage dans la vallée de la Valira, également appelé une fois dans la première partie que l’ancien chemin Andorran de St. Jacques a Compostelle. Ceci est la route qui a couru par la principauté d'Andorre et le courant provenant de la ville de Foix: FOIX → PAS DE LA CASA → ENCAMP → RANSOL (Canillo) → ESCALDES → ANDORRA LA VELLA → SAN JULIÀ DE LÒRIA → La borda de  Canturri → LA FARGA DE MOLES (église de St. Michel de Ponts → Droite du river Valira (Cabanelles → Chemin de Civís et Cortingles) → Sant Serni de Tavèrnoles → ANSERALL → Chemin de Parrota → SANT ESTEVE DEL PONT → SEU DE URGELL et CASTELLCIUTAT (plus ou moins en dessous de la tour de Solsona) → et la connexion au tronc principal du Chemin de Sanit Jacques du Segre → et par le Segre bas...
Il faut rappeler que certaines sections ont disparu par des glissements de terrain et aussi par différents travaux d'irrigation.

-oOo-
 
La naissance du monastère dédié à Sant Sadurní de Tavèrnoles est de date incertaine. Certains l'attribuent à San Eudald cependant aucune preuve. Probablement déjà existé dans la seconde moitié du VIII siècle et était un monastère épiscopal, qui est, créé par l'évêque ordinaire du diocèse où, souvent, l'évêque occupé l'abbaye.
Nous avons mentionné que les communautés des monastères de l'église wisigothe régies par le pactum qui est un accord ou arrangement entre la communauté monastique et le nouvel abbé élu et que cette position était la vie, et donc on ne pouvait pas modifier le pactum ou les règles monastiques établies jusqu'à la mort de l'abbé qui l'avait signé.

+ L'origine du nom - Nous pouvons dire, cependant, que le patronyme courant est dérivé de mots anciens d'origine occitane que Serenin, Sernin, Cernin, Fermin, et, selon la légende, au sixième siècle, le duc Leunebald de Toulouse ne construit sur sa tombe une église dédiée à Saint-Sernin-du-Tour (mot occitan taureau, depuis qu'il a été martyrisé en utilisant ce genre d’animal). La légende dit aussi que San Fermín, saint patron de Pampelune/Iruña, la capitale de la Navarre, a été baptisé par lui dans un endroit de cette ville encore connu sous le nom "el Pocico de San Cernin". Ce nom répond à une ancienne partie de la ville de Pampelune dit le Burgo de San Serenin ou Burgo de San Cernin ou lorsque l'église de Saint Saturnin à Pamplona, aussi connu comme San Cernin. Nous présentons équivalence Sant Serni[iii] =Sant Sadurni = Saint Saturnin est donc clair.
On croit que le nom dérive du mot latin ou Tavèrnoles = Tabernulae ou Tabernula (tente, auvent ou une tente) pour l'existence dans ce lieu plus d'une taverne; qui est, un endroit où vous pourriez faire une sorte de logement, les messages de service pour remplacer les chevaux et les autres services aux passants. Aussi un hôpital car il a ensuite été entendu: un lieu de repos pour les pèlerins, malades ou pas. Il est, par conséquent, était situé dans un endroit stratégique sur la route royale qui reliait les vallées d'Andorre avec la plaine de la Seu d'Urgell et de cet endroit comme un carrefour à la Cerdagne et le bas Urgell. L'existence de ces services du site, que de définir le moment, il a été complété par l'existence d'un lieu de culte chrétien trouve éventuellement un ancien lieu païen depuis longtemps converti à la foi catholique. Et, comme déjà mentionné, il, aussi comme base d'hébergement des pèlerins qui vont et viennent par la route d'Andorre à Saint Jacques de Compostelle. Quoi qu'il en soit, le mot sur Tavèrnoles, nous devons garder à l'esprit que ce ne sont pas des hypothèses vérifiables que la première occurrence documentée ce nom (Sant Sadurní deTavèrnoles) est en permanence vers 1259, bien que les minutes de la consécration déjà cité le 1040 (Tavèrnoles) et aussi longtemps avant (6 Juin, 970).

Nous savons depuis les premiers jours du monastère à cause des complications de Feliciana hérésie que l'évêque Felix (ou Feliu) d'Urgell et abbé de Tavèrnoles avec Elipand, évêque président de l'église wisigothe, ils ont fait la prédication. Il était une vieille croyance théologique l’adoptianisme qui est maintenant presque éteint en partie, où il est affirmé que Jésus-Christ était un fils adoptif de Dieu, probablement avec l'intention de parvenir à une sorte d'unification avec l'Islam ... Charlemagne en désaccord et était donc une raison pour son intervention; après deux conseils, la confrontation avec Alcuin de York, Feliu est destitué et emprisonné le 799.
Une commission formée par les exécuteurs délégués de Charlemagne –Leiderad de Lion, Nébridius de Narbonne, Benedictus d’Aniana-, prendre soin de l'évêque, l'évêché et le monastère. Peu de temps après, il devient Possedonius nouvel évêque et abbé.
....
+ San Sadurní de Tavèrnoles et la nouvelle règle de saint Benoît: Bien qu'il n'y ait aucune certitude documenté, il y a des raisons de croire que l'une des principales tâches de la réforme  de Benoît d’Aniana promus sur leur séjour dans le Pays d’Urgell était que le principal monastère la région a adopté la règle monastique bénédictine; et que cette modification a été appliquée compte tenu de le pactum qui régissait jusque-là avait expiré à être déposé Feliu aussi abbé de Tavèrnoles. Et il n'y a base de preuves pour nous dire comment l'action a eu lieu alors que l'une des façons habituelles d'agir a été «repeupler» le monastère moines bénédictins francs nouveaux arrivants et l'absorption ultérieure et la conversion des moines wisigoths précédents qui acceptent avec elles l'élection ultérieure de l'abbé origine naturelle franche.

A 815 ils ont reçu plusieurs dons des comtes d'Urgell et la Cerdagne. Ils ont fondé le monastère de Sant Pere de Casserres (Osona) et Sant Salvador de la Vedella (Berguedà). Nous savons de l'incorporation de St. Saturnin à la règle de saint Benoît par le précepte impérial émis par Louis le Pieux en 835 en faveur de la seconde de ces deux je viens de citer et qui indique clairement qu'elle a été fondée par abbé bénédictin Calort. En 1019, passe sous son dépendance le monastère de Sant Llorenç de Morunys avec la nomination par l'évêque d'Urgell St. Ermengol, le même abbé pour les deux monastères. À son apogée au XIe siècle, les possessions du monastère étendues de Berguedà à Andorre, en passant par Pallars Jussà et la Cerdagne. Il a également eu des possessions en Castille et Aragon.
Une nouvelle église a été consacrée le 17 Janvier 1040 par les évêques Eribald d'Urgell et Arnulf de Ribagorça. Elle fut consacrée en l'honneur de la Vierge et des saints Michel et Sadurní. Son temps était Guillem Abbé et la cérémonie de consécration en présence de diverses personnalités de l'époque comme les comtes d'Urgell, les archevêques de Narbonne et Arles, les évêques dElna, Béziers, Toulouse et Gérone. Dans le document de la consécration il contenait également les possessions du monastère et la référence à l'ordre bénédictin suivie par les moines.
En 1099 le pape Urbain II a accordé le monastère un Bula de l'immunité. La splendeur de Sant Sadurní duré jusqu'au XIIIe siècle.

Brève récapitulation de l'expansion territoriale de SST:
1. La construction de nouveaux prieurés et la récupération des vieilles cellules en désuétude depuis l'époque Possedonius.
2. (21 Mars 914): Union des monastères et des églises de St. Vicens d’Isona, Sant Martí d’Albet, Sant Martí de Bescaran, Sant Esteve d’Umfret, San Sadurní Aganense, Saint-Jacques d’Engordany et St. Andreu de Castellbò (ou Tresponts) dans le passé institué en vertu de la règle bénédictine et maintenant en ruines; avec leurs alleux, les dîmes et les prémices, les paroisses et les villas sous-jacents, faites par les évêques Nantigis d'Urgell et Adolf de Ribagorça et Seniofred comte d'Urgell  a le monastère et son abbé Baldric de Tavèrnoles.
3. Prolonge la Cerdagne (San Pedro de Ger) et Berguedà; à Andorre[iv] et à Nargó par Tresponts et via Boixols à Llordà, Isona et la Conca de Tremp avant la conquête de Balaguer, la protection et couvrant le chemin de Saint-Jacques mentionné au début.
La grande force de l'abbaye démontre à construire la deuxième église du monastère et les nombreuses personnalités qui étaient sa consécration sur 17/01/1040 déjà cité.
Ce fut un grand centre religieux de développement économique avec une grande cohérence. Considéré ressources suffisantes à la place de la jurisprudence latine et rédaction de documents juridiques trop. Entre autres actions, il a également participé au financement par la conquête de Balaguer, à la fin du XIe siècle. En retour, il a reçu possession de mosquées dépendantes de Avimoni de construire une nouvelle église dédiée à San Sadurní[v].

L'action évangélisatrice et de repeuplement des moines de SST et son influence dans les territoires qui étaient le comté d’Urgell est évident par les noms de motifs fréquents qui ont de nombreuses églises. Nous citons certains, suite à la liaison pèlerinage de route et inter-comté en communicant Nargó et Tremp avec Isona: Gavarra (Alt Urgell, route Bóixols) et dépassé Isona, CONQUES (l'église du château presque disparu et même complètement), Suterranya (paroisse) Sant-Serni (la ville elle-même et de sa paroisse).

Comme nous l'avons dit auparavant, il était un monastère sous la seule réserve à Rome; qui est, sans dépendre de la terre régulière. Des années plus tard, par un accord dans le temps de l'évêque Abril, le monastère accepte ce nom ordinaire aux recteurs des paroisses et des églises appartenant à SST.

 LA BAISSE: Le processus de décadence économique et monastique du monastère commence au cours du XIVe siècle et est due à différents facteurs: le transfert de la capitale du comté d'Urgell à Balaguer base; la perte de ses principaux bienfaiteurs avec l'extinction de la ligne de front des chiffres de mourir Ermengol VIII en 1208 que des Cabrera, ses successeurs, ignorent le monastère qui ne font pas tout don; les comtes de Foix, vicomte de Castellbò, soit faire de nouvelles contributions lui malgré le maintien d'un monastère avec plus de bonnes relations souvent soumis à leurs intérêts particuliers et les ambitions personnelles, peut-être induits par les querelles liées à la question Cathare.
Autres causes structurelles reflètent le fait de la situation géographique du monastère; son isolement dans le passé, avait bénéficié lui se retourne maintenant.
En outre, les épidémies, les guerres civiles et le banditisme ont également contribué à augmenter son déclin. Vous vous souvenez que la peste bubonique Black Death, a également déclaré à la fin 1347 a commencé avec des effets dévastateurs.
Vers la fin du XIVe siècle, un séisme majeur a secoué les vallées et éventuellement faire des dommages à la tour ronde du monastère, selon certains auteurs, était le modèle pour la construction de Santa Coloma d'Andorre.
Mentionner l'un des derniers abbés choisies par le chapitre: Antoni (1388-1391), fils de Besalú.  ( Nominations selon pseudo cardinal Berenguer de Anglesola, évêque de Gérone) Lui et l'avocat Pere de Rovira a pris de St. Saturnin les dépouilles de Saint-Vincent Martyr vers leur église à Besalú.

Le monastère a également accentué le déclin dû à d'autres facteurs:
+ La fragmentation des loyers de l'abbaye selon les différents secteurs ou tuteur:  sacristain, mendiant, serveur, etc. Ainsi, la boîte de contrôle de l'unité et se brisa.
+ La création de la confie: système par lequel les postes clés, tels que l'abbé, ont été donnés à des personnes à l'extérieur du monastère et de l'acquis en échange d'une contribution. En fait, ils ont acheté le monastère revenus futurs en échange pour les soins de la vie des moines et le fonctionnement du monastère par un administrateur au nom de l'abbé commendataire[vi]. Dans le cas de la SST, aucun des commendataires  étaient laïques et peu agi beau et le plus ne dérangeait pas la règle monastique.
+ Les guerres et le banditisme: (04/03/1476) Les visiteurs de la province bénédictine de Tarragone et Saragosse renoncent personnellement de visiter les monastères de Sant Pere de la Portella, Sant Llorenç près de Bagà et Sant Sadurní de Tavèrnoles due a la guerre et la pauvreté, et de déléguer, pour le réaliser, le moine Jaume Albert du monastère de Ripoll. Cela rend le visiteur Nicolau de Llor une lettre excuses  de manquement à l'ordre reçu de la part la visite du monastère de Sant Sadurní de Tavèrnoles, en raison de la guerre (15/04/1476).
Les minutes de la visite pour l'année 1479 l'inspecteur Luis de Claramunt, abbé de Sainte-Marie de Serrateix dit qu’il y a seulement une cloche et danger d'effondrement.
Juan de Chiverri, abbé ou administrateur de SST, avec Fra Bartomeu de Sant Romà, sacristain, et Fra Juan Bizar, les moines du monastère, étant dans la maison où ils vivent à Seu d’Urgell, attribué par l'évêque (depuis le monastère a été occupé par des bandits et des gens mauvais = Huguenots), et être difficile pour eux d'accéder au monastère, célébré chapitre...(22/02/1518).
Le dernier était commendataire Onofre Ferrer, moine de Ripoll de 1569 à 1584.
Déjà lors de la dernière visite en 1584 il a expliqué que les bandits depuis Septembre dernier ici, venus de vingt bandits fois trouvé négligé et étaient maîtres du monastère, mais peu de temps après, le tocsin de Seo de Urgel se leva et prit la fuite. .. Les autorités locales estiment également que les habitants du monastère sont correctement de la loi et risquent leur vie.
Il était avec la vacance Abbaye SST entre 1584 et 1592 années où la bulle de Clément VIII déclaré daté du 13/08/1592 la fermeture définitive du monastère.
Tout est fini. A partir de maintenant, ce qui était le monastère bénédictin de Sant Sadurní de Tavèrnoles, il y aura seulement, comme un vieux logement, les bâtiments monastiques, témoins silencieux d'une gloire à jamais éteints. Et non seulement il a été dépouillé de tout ce qui était bon sur la terre, mais aussi tout ce qui était précieuse conservée; décompte était comme une dispersion du vent a tout emporté sur son passage.

+ Projects du futur: Que voulons-nous et que nous pouvons faire? Beaucoup de choses. Fondamentalement, nous voulons être un nouveau SST dynamiques et revitalisantes principaux actifs de la culture locale, et ne vous arrêtez pas là: ils couvrent et retrouver son ancienne zone de la performance des Pyrénées; y compris en particulier le patrimoine monumental des peuples qui composent la Valls de Valira, sans oublier la vaste zone pyrénéenne. Donc, aussi, nous avons pensé qu'il pourrait être un bon Centre d'interprétation du roman des Pyrénées, surtout si le temps est venu quand nos voisins andorrans se soient incorporés dans le projet activement.
En plus d'être un lieu de culte, nous voulons récupérer tout ce qui a été perdu en raison de la persistance de pillages; même pour la lecture ou la copie. Pour l'instant, malgré les difficultés financières à trouver un parrainage ou patronage, notre Centre des Études réalisées les actions suivantes:
1. En préparation, édition en catalan du livre intitulé Les Bénédictins à Tavèrnoles-Anserall.
2. Le traitement du dossier pour la reproduction du Baldaquin et des Parements d'autel  dit des évêques. Nous avons l'autorisation orale et écrite de l'évêché de MNAC; également l'équipe professionnelle qui le mènerait à terme. Il ne reste plus qu'à obtenir l'autorisation des autorités de la culture (et le financement).
3. Il serait nécessaire réhabiliter la route de Civís près de l'accès tronçon passant par l'arrière du monastère et qui va per la rue principale d’Anserall  afin d'être en mesure d'effectuer des sondages archéologiques et modifier la récupération du site. Nous devrions aussi faire une expansion de la restauration brève dans les années 1970.

Et enfin, pour dire que tous ont besoin du soutien des deux administrations catalanes et comme l'Andorre; nous aimerions également profiter de la complicité et le soutien de l'évêque et l'aide de collective définie comme la société civile et de l'enthousiasme et de soutenir tous ceux qui, comme vous, veulent rester fidèles à nos racines.
Merci beaucoup pour votre attention et reste à votre disposition pour toute question en matière de SST.



[i] Nous apprécions les données initiales pour cette recherche reçues du professeur d'histoire Mr. Manuel Gabriel i Forn, actuel président de l'Association des Amis de Sant Pere de Ponts, Ponts (La Noguera).

[ii] Nous apprécions également l'aide de M. Francesc Alcazar i Domingo, président de l'Association des Amis du Chemin de Saint Jacques del Segre, Ponts, fournies par la bibliographie.

[iii] La normalisation de la langue catalane a défini Serni avec la lettre S, mais il y a quelques érudits andorrans actuels considérés droit de le faire par la lettre C.

[iv] Sant Andreu de Tolse (St.Julià de Lòria), Sant Vicenç d’Enclar (Sta.Coloma) et Sant Jaume d’Engordany.

[v] L'église actuelle de Saint Salvador de Balaguer.

[vi] Pape Jules II fut un temps le abbé commendataire de Montserrat.






Regresar al contenido | Regresar al menú principal